^Back To Top
Contactez-nous
Telephone:
e-mail: contact@republiqueetsocialisme.fr

  • 1 Jean Jaurès, Extrait du Discours à la Jeunesse

    Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire ; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de noire bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques.
    Lire...
  • 2 Jaurès

    Je n'ai jamais séparé la République des idées de justice sociale dans la vie privée, sans lesquelles elle n'est qu'un mot.
    Lire...
  • 3 Profession de foi du député J Jaurès 29 avril 1906

    La République est le seul gouvernement qui convienne à la dignité de l'homme, car elle seule met en jeu la raison et la responsabilité de tous...
    Lire...
  • 4 Jaurès

    Je porte en mon cœur un rêve de fraternité et de justice, et je veux travailler jusqu'au bout à le réaliser.
    Lire...
  • 5 Jaurès

    La République c'est le droit de tout homme, quelle que soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté
    Lire...

Manifestation du 17 Mars contre la loi EL Khomri

Devant le lycée Victor Dury bloqué avec les organisations de la jeunesse et des salariés. Retrait du projet de loi El Khomri. Aujourd'hui, le 24 et le 31la jeunesse, les salariés du privé et du public ensemble contre la destruction du code du travail. République et Socialisme exige le retrait de la loi ELkhomeri. Le code du travail est pour imposer le droit de l'Homme aux profits non pas le subordonner !

Michel Jallamion Conseiller Régional Ile de France de République et Socialisme avec les organisations de la jeunesse et des salariés

                                                                                                         

Air France Un CCE Mouvementé

Certains y voient que de la violence du coté des travailleurs et pourtant….

Voici ce que disait Jean Jaurès devant la Chambre des députés à la  séance du 19 juin 1906 à propos de la violence invisible des patrons :

« Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. [...] Ainsi, tandis que l’acte de violence de l’ouvrier apparaît toujours, est toujours défini, toujours aisément frappé, la responsabilité profonde et meurtrière des grands patrons, des grands capitalistes, elle se dérobe, elle s’évanouit dans une sorte d’obscurité. »

Jean Jaurès, discours devant la Chambre des députés, séance du 19 juin 1906

                                                  

COPYRIGHT Ourdia / RS